Nouvelles
Camion IVECO moderne

Nouvelles sources d’énergie pour le transport routier

Le transport routier de marchandises ne cesse de croître. Cependant, les plans visant à limiter ses émissions de gaz à effet de serre ne suivent pas le même rythme. Des progrès considérables ont été réalisés ces dernières années dans la décarbonisation des véhicules tels que les voitures, les bus et les véhicules utilitaires légers, mais les progrès sont beaucoup plus lents pour les camions moyens et lourds.

Au-delà du gaz naturel, la recherche constante d’une mobilité durable qui se rapproche progressivement du « zéro émission », compte tenu des politiques de plus en plus restrictives de l’Union européenne, fait que les constructeurs automobiles et autres entreprises entreprenantes dans ce domaine sont en plein développement d’énergies alternatives au diesel, telles que les moteurs électriques, le biométhane, le GNL ou la pile à combustible à hydrogène.

L’importance du transport lourd pour la transition énergétique

Le transport routier de marchandises lourdes représente moins de 10 % du parc mondial de véhicules routiers, mais les gros moteurs diesel utilisés et le kilométrage annuel moyen élevé signifient que le secteur des camions contribue à environ 40 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur mondial du transport routier.

Cela équivaut à environ 5,1 % de toutes les émissions de CO2 provenant des combustibles fossiles au niveau mondial. Il est impératif de remplacer les carburants fossiles pour les camions si nous voulons parvenir à des émissions nettes nulles d’ici 2050.

Deux grandes tendances marqueront la transition énergétique du transport routier lourd vers l’absence d’émissions :

  1. Augmentation de l’efficacité tout au long de la chaîne d’approvisionnement.
  2. Des alternatives de sources d’énergie propres.

Augmenter l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement

La première tendance concerne l’optimisation des itinéraires, des points d’interconnexion et, en général, de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

Ces solutions ont en commun l’utilisation de l’intelligence artificielle et du Big Data pour accélérer les processus de création d’applications. Les solutions d’optimisation des itinéraires, de suivi et de traçabilité, et de gestion des flottes de véhicules utilisent également l’Internet des objets (IoT), avec des dispositifs intelligents installés dans les camions, les conteneurs et les centres logistiques.

Nouvelles sources d’énergie

La deuxième tendance, beaucoup plus importante et décisive, est le développement de camions à émissions nulles :

L’énergie électrique

L’une des évolutions les plus notables dans le domaine de la mobilité durable des camions est l’électrification. Les camions électriques ont gagné du terrain ces dernières années, grâce aux progrès de la technologie des batteries et à une plus grande sensibilisation à l’environnement. En Espagne, des entreprises de renom investissent dans des flottes de camions électriques dans le but de réduire l’empreinte carbone du transport de marchandises.

Les batteries lithium-ion, connues pour leur capacité de stockage d’énergie et leur durabilité, sont au cœur de ces camions électriques. Bien que les véhicules électriques soient encore plus chers que les véhicules à moteur diesel, l’écart se réduit progressivement. À partir de 2025, le coût total de possession et d’exploitation d’un camion électrique à batterie pour un usage urbain sera inférieur à celui d’un camion à moteur diesel. À cette date, tous les types d’utilisation urbaine seront couverts par les camions électriques.

En outre, l’infrastructure de recharge se développe rapidement pour faciliter la transition vers les véhicules électriques lourds. Les autoroutes et les aires de service mettent en place des stations de recharge ultra-rapides, permettant aux conducteurs de recharger leurs camions en peu de temps.

L’hydrogène

Camion à hydrogène

La propulsion à l’hydrogène est une autre solution en plein essor. Les camions à hydrogène gagnent du terrain en raison de leur capacité à offrir une plus grande autonomie sans compromettre la capacité de chargement. En Espagne, plusieurs projets pilotes évaluent la viabilité de cette technologie sur les itinéraires longue distance et les transports de marchandises sensibles.

Les piles à combustible à hydrogène constituent la technologie la plus avancée disponible aujourd’hui. Elles convertissent l’hydrogène et l’oxygène en énergie électrique nécessaire à la propulsion du véhicule. Cette approche présente un avantage considérable : elle n’émet que de la vapeur d’eau et aucun gaz polluant, ce qui contribue de manière significative à l’amélioration de la qualité de l’air et à la réduction de la pollution atmosphérique.

Leur plus grande autonomie (deux fois plus longue que les batteries électriques) et leur temps de ravitaillement plus court (jusqu’à 15 fois plus rapide que la recharge électrique) offrent une marge de manœuvre beaucoup plus importante pour les transports planifiés tels que les transports collectifs de personnes et de marchandises. Pour les flottes, il n’est pas nécessaire d’installer un grand nombre d’hydrogénérateurs, mais seulement à des endroits stratégiques.

Une autre utilisation de l’hydrogène est celle des moteurs à combustion, qui peuvent utiliser une forme moins pure et nécessitent moins de refroidissement. Toutefois, ces systèmes présentent l’inconvénient d’émettre une petite quantité de NOx (oxydes d’azote), ce qui les rend peu susceptibles d’être utilisés dans les villes, et de consommer un peu plus d’hydrogène que les piles à combustible.

Le gaz

Camion à gaz

Le gaz naturel semble être le moyen le plus simple et déjà développé pour faire, au moins, le premier pas. L’avantage de ce carburant est que dans sa version GNL (gaz naturel liquéfié), il permet une autonomie plus qu’acceptable. Cette solution serait utilisée par les camions routiers, tandis que les véhicules urbains opteraient pour le GNC (gaz naturel comprimé).

L’Union européenne considère d’ailleurs le GNL comme un carburant alternatif au diesel pour les camions. Son utilisation massive permettrait de réduire considérablement les émissions de CO2, de NOx et de particules.

Malgré cela, l’objectif de zéro émission (dans l’ensemble du processus, y compris la fabrication) pour 2050 signifie que tous les constructeurs de poids lourds n’optent pas pour cette solution.

Biocarburants et carburants synthétiques

Sur la voie de la durabilité, les biocarburants et les carburants synthétiques jouent également un rôle crucial dans la transformation du secteur du transport de marchandises. En Espagne, l’industrie explore la production et l’utilisation de biocarburants dérivés de sources renouvelables, telles que les huiles végétales et les déchets organiques.

Les carburants synthétiques, obtenus par électrolyse de l’eau pour produire de l’hydrogène et sa combinaison avec le dioxyde de carbone capturé, représentent une autre alternative à étudier. Cette technologie permet non seulement d’exploiter des sources renouvelables pour leur production, mais elle peut également être utilisée dans les moteurs à combustion interne existants, ce qui facilite une transition en douceur vers des options plus durables.

Défis et opportunités pour la transition

Avec la prise de conscience environnementale et les progrès technologiques, ces nouvelles sources d’énergie devraient jouer un rôle de plus en plus important dans l’avenir du transport de marchandises en Espagne.

Malgré des avancées significatives, la transition vers les nouvelles sources d’énergie dans les camions n’est pas sans poser de problèmes. L’infrastructure de recharge, l’autonomie des véhicules et les coûts initiaux sont autant d’obstacles qui doivent être surmontés pour garantir une adoption généralisée.

Dans ce contexte, le rôle des politiques gouvernementales est essentiel. Les incitations fiscales et les subventions pour l’achat de camions plus durables, ainsi que l’investissement dans l’expansion de l’infrastructure de fret, sont des mesures essentielles pour ouvrir la voie à une flotte de transport de fret plus propre et plus efficace.

En outre, l’innovation et la collaboration entre l’industrie et la recherche sont essentielles pour relever les défis et saisir les opportunités que cette transition vers la durabilité présente pour la société et l’environnement.